Chef.f.e.sFranceMadagascar

FR | Cheffe Aïna RAMADISON | Au service de la “Grande Ile” | MG | FR |

5 Mins read

Nommée, le 15 janvier 2021, « Ambassadrice Experte de Madagascar » par l’Organisation Mondiale de la Gastronomie , Aïna RAMADISON est née à Madagascar puis a grandi àl’île de la Réunion, pour enfin poursuivre ses études supérieures en métropole. Après un licenciement économique, elle fait une reconversion professionnelle, prenant ainsi la voix de sa passion : la cuisine. Cheffe Aïna met en avant les beaux produits de son pays. À travers ce métier, elle découvre sa “mission de vie”, celle d’aider les autres. Interview de Kandanan Maimouna OUATTARA.

Issue d’une famille généreuse, Aïna Ramadison a toujours eu la cuisine comme passion. Toute petite déjà, elle baignait dans la cuisine, la saveur, par les repas familiaux, les fêtes de famille et les invitations à la maison, surtout avec des parents qui aimaient beaucoup recevoir. A l’âge adulte, Cheffe Aïna aimait toujours autant cuisiner. Après avoir travaillé plus de 16 ans dans la Finance, elle a été licenciée pour raison économique (une chance pour nos papilles), et notre Cheffe a (enfin) décidé de suivre sa passion pour en faire son métier.

En 2017, elle suit une formation professionnelle pour devenir Cheffe cuisinière.  Elle obtient haut la main, au bout de 9 mois un CAP de cuisine. Cette formation adulte via le Greta , financée par la Région Ile De France et Pôle Emploi lui ouvre les portes de stages dans un restaurant étoilé et dans une bistronomie.

Durant ces stages, elle détermine le type de cuisine qu’elle veut offrir. Depuis l’obtention de ce diplôme, elle a suivi plusieurs stages et exerce ce métier en tant que Cheffe en ligne, à domicile, Cheffe traiteur, événementiel pour représenter Madagascar, son pays et faire sa promotion dans le monde. Les réseaux sociaux lui ont permis d’être encore plus connue. Elle a commencé par un compte Facebook@aina.ramadison et une page, saveur des îles et d’ailleurs. Puis, elle apparaît sur Instagram@aina_ramadison et LinkedIn@aina-ramadison.

Être un Cheffe, pour elle, c’est avoir la responsabilité et le devoir de transmettre ; c’est cuisiner avec amour et plaisir pour ceux qu’on aime. Sans amour ni passion, on ne peut pas perdurer dans ce métier. Qui dit transmission, dit partage, apprendre à l’autre ce qu’on nous a appris.

À travers sa famille, ses ateliers, ses formations, sa participation dans le cadre de jury dans les écoles pour les examens, ses publications sur les réseaux sociaux, elle milite pour transmettre ce savoir-faire pour la conservation de ce beau patrimoine culinaire. Elle n’hésite pas à associer à ce métier son image dans le cadre associatif, car son désir est d’aider les autres par le biais de la cuisine sans oublier de mettre en avant les producteurs et leurs produits.

A Noël 2019, le livre « Les Mamas cuisinent le  monde » By Meet my MAMA, sorti aux Éditions Hachette Pratique est publié. Il comporte 60 recettes venant de 5 continents. Elle a  l’opportunité d’y transmettre trois recettes malgaches avec d’autres mamans (“les Mamas”) du monde.

La rencontre avec des Chefs lors de ses stages et dans des manifestations ou des événements ont été pour elle, de très belles opportunités de découverte de techniques et lui ont permis d’avoir d’autres visions de la gastronomie africaine.

Créative et originale, à partir de ce qui se trouve dans le “frigo”, elle crée des plats qui sortent de l’ordinaire en travaillant sur les différents produits. Le but étant de concocter des plats équilibrés pour sa famille. Pour son petit-déjeuner,  malgache évidemment, on retrouvera des beignets sucrées et salés, du riz mou ou vary sosoa accompagné de lait concentré, de la cacahuète ou de la viande de zébu fumée. Un petit-déjeuner typiquement malgache se prend toujours avec du thé, du café ou du lait.

Avec la conjoncture actuelle, les Chefs ont dû fortement s’adapter et se renouveler. Cheffe Aïna n’a pas du tout été en reste sur ce plan avec ses ateliers culinaires en ligne et ses cours de cuisine. Les familles, les entreprises sont toutes en demande de quelque chose : aux chefs de s’adapter pour trouver la bonne formule.

Tous ses projets prévus pour 2020 se sont réalisés. C’était la concrétisation du travail abattu en 2019 pour  être sur des événements où Madagascar est valorisée au sein de l’Afrique et la gastronomie africaine est mise en valeur.

Début 2021, Aïna Ramadison devait participer aux concours « Best chefs Afrika » et y représenter Madagascar. Bien qu’à cause du COVID-19, elle n’ait pu aller au bout de ses idées, ce ne sera que partie remise. Cela lui permettra de se préparer encore mieux cette année.

Ses projets de restaurant à moyen ou long terme devront mettre en avant Madagascar, la Grande île. En temps que Cheffe cuisinier et femme engagée, elle souhaite transmettre les valeurs de son île à travers sa cuisine quand elle ouvrira son restaurant.

Dans les années à venir, elle se voit continuer d’exercer en tant que Cheffe cuisinière, entourée de personnes qui auront la même vision associative ou professionnelle qu’elle, de transmettre le beau patrimoine culinaire de son pays mais aussi d’aider les autres à transmettre les leurs. Et même après sa retraite, elle compte poursuivre dans le domaine associatif.

Aux nouveaux amateurs de ce métier qui veulent se lancer dans la restauration, même dans le cadre d’une  formation initiale, le parcours est difficile. Ce métier nécessite beaucoup d’abnégation, de persévérance et énormément de sacrifices, de patience pour pouvoir l’exercer sur le long terme. Aussi, il faut bien comprendre les codes du métier. Le futur Chef doit mûrir son choix et ne pas jeter l’éponge au premier échec, car les échecs ne sont jamais négatifs, ils permettent d’aller là où l’on veut être. Le leitmotiv de ce futur Chef pourrait être ”Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends” comme le disait Madiba (Nelson Mandela).

Voici ce que nous dit la Cheffe Aïna Ramadison : « Pour la gastronomie africaine/caribéenne, il faut commencer à s’unir pour mettre en valeur toute la gastronomie de tous les 54 pays africains, Madagascar y compris. Dans le continent africain, pour prendre la place sur le marché à l’international, il faut commencer par nous structurer, nous organiser ensemble, ne pas avoir de complexe sur notre belle cuisine, généreuse et riche, et surtout transcrire notre savoir-faire. Les produits africains sont enviés dans le monde entier parce qu’ils sont sans gluten et ont pas mal de vertus. À nous de mettre en avant ces produits dans nos cuisines, de faciliter leurs productions, circulation et leur transformation en Afrique pour les valoriser. Cela fait partie des choses essentielles aujourd’hui par rapport aux constats que nous avons actuellement. Et continuons toujours de parler sans cesse de notre patrimoine culinaire. »

Pour aller plus loin:

27 posts

About author
* Licence Professionnelle, Journalisme, Ecole de Spécialité Multimédia d'Abidjan (CI)
Articles
Related posts
AfricaCameroonChef.f.e.sWest Africa

FR | Chef Laurent Montcho | Chef de père en fils | CM |

2 Mins read
Laurent MONTCHO est un chef de cuisine originaire du Cameroun. Coiffé de sa belle toque blanche, il nous…
Chef.f.e.sComoresFrance

EN | Chef Ahmada BINALI | The Transmission of Knowledge | FR | KM |

2 Mins read
Chef Ahamada BINALI, from Massiwani Caterer, is a chef with Comorian origin. He opened his Massiwani Traiteur structure…
Chef.f.e.sCongoFrance

FR | Chef Christ BIKOUEDI | De l'Art Plastique à l'Art Culinaire [4/5] | FR | CG |

4 Mins read
Oodge Magazine est partie à la rencontre du Chef Christ BIKOUEDI, originaire du Congo Brazzaville. Christ est née…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *